Blog

    MES AIDES FINANCIÈRES

    Vous voulez engager des travaux de rénovation énergétique de votre logement ? Quelle que soit votre situation, il y a forcément une aide qui correspond à vos besoins d’éco-rénovation !

    Selon votre situation personnelle, certaines des aides présentées ci-dessous peuvent être cumulées. Les conseillers des Points Rénovation Info Service sont là pour vous informer afin d’obtenir les meilleurs financements possibles.

    L’éco-prêt à taux zéro : une facilité de financement

    ecopret

    Accessible à tous les propriétaires, qu’ils occupent leur logement ou qu’ils le mettent en location, l’éco-prêt à taux zéro permet de bénéficier d’un prêt d’un montant maximal de 30 000 € pour réaliser des travaux d’éco-rénovation.
    Un éco-prêt copropriétés réservé aux syndicats de copropriétaires est aussi disponible. Son montant maximum est de 10 000 € par logement (jusqu’à 30 000 € si le syndicat de copropriétaires décide de réaliser 3 actions de travaux).

    Pour bénéficier de ce prêt , depuis le 1er septembre 2014, vous devez recourir à des professionnels RGE (Reconnu Garant de l’Environnement). Pour trouver les entreprises RGE près de chez vous, nous vous invitons à consulter l’annuaire des professionnels RGE.

    Les travaux qui ouvrent droit à l’éco-prêt à taux zéro doivent :

    soit constituer un « bouquet de travaux » : la combinaison d’au moins deux catégories de travaux éligibles parmi les catégories listées ci-dessous ;
    soit permettre d’atteindre une « performance énergétique globale » minimale du logement, calculée par un bureau d’études thermiques ;

    Les catégories de travaux concernées par l’éco-prêt à taux zéro :

    isolation de la toiture ;
    isolation des murs extérieurs ;
    remplacement des portes, fenêtres et portes-fenêtres extérieures
    installation ou remplacement de systèmes de chauffage (associés le cas échéant à des systèmes de ventilation performants) ou de production d’eau chaude sanitaire performants ;
    installation d’un système de chauffage utilisant une source d’énergie renouvelable ;
    installation d’équipements de production d’eau chaude sanitaire utilisant une source d’énergie renouvelable.
    Il existe également des travaux complémentaires qui peuvent être pris en compte pour calculer le montant du prêt. Attention ces travaux complémentaires ne peuvent pas constituer une action du bouquet de travaux.

    Ce prêt est adapté aux conditions climatiques en Outre-mer. Les travaux éligibles sont donc différents.

    Le crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE)

    credit-impot-transition-energetique

    Accessible aux propriétaires occupants et locataires, le crédit d’impôt pour la transition énergétique vous permet de déduire de vos impôts 30 %* des dépenses d’équipements et/ou de main d’œuvre pour certains travaux de rénovation énergétique* (montant de dépenses éligibles, plafonné à 8 000 euros par personne et majoré de 400 euros supplémentaires par personne à charge).

    Depuis le 1er janvier 2015, pour bénéficier de cette aide, vous devrez faire appel à des professionnels qualifiés RGE (Reconnu Garant de l’Environnement) . Pour trouver des professionnels RGE près de chez vous, nous vous invitons à consulter l’annuaire des professionnels RGE. Vous pouvez également consulter le guide pratique : choisir un professionnel compétent.

    Le crédit d’impôt pour la transition énergétique concerne les dépenses d’acquisition de certains équipements fournis par les entreprises ayant réalisé les travaux et/ou de main d’œuvre pour certains travaux d’isolation des parois opaques. Ces équipements et matériaux doivent satisfaire à des critères de performance.

    Les dépenses d’équipements et matériaux concernées :

    isolation des parois opaques (murs) ;
    isolation des parois opaques (toitures) ;
    isolation des parois vitrées ;
    protection des murs, toitures ou parois vitrées contre le rayonnement solaire* ;
    équipements de chauffage ou de production d’eau chaude sanitaire (ECS) fonctionnant au bois ou autre biomasse ;
    équipements de production d’ECS fonctionnant à l’énergie solaire ou avec une pompe à chaleur ;
    chaudières à condensation ou à micro-cogénération, équipements de production d’énergie utilisant une source d’énergie renouvelable (pompe à chaleur, énergie hydraulique ou biomasse, énergie éolienne).
    isolation thermique des planchers bas ;
    volets isolants ou portes d’entrées donnant sur l’extérieur ;
    régulation et programmation du chauffage ;
    appareils permettant d’individualiser les frais de chauffage ou d’eau chaude sanitaire* ;
    calorifugeage ;
    raccordement à un réseau de chaleur ;
    réalisation d’un diagnostic de performance énergétique (DPE) en dehors des cas où la réglementation le rend obligatoire ;
    borne de recharge de véhicule électrique*.
    De nouveaux équipements sont également éligibles pour les départements d’Outre-mer :

    les protections des parois opaques et vitrées contre les rayonnements solaires ;
    les systèmes de ventilation de type ventilateur de plafond ;
    le raccordement à un réseau de froid

    Source : http://renovation-info-service.gouv.fr/mes-aides-financieres

    Read more

    5 bonnes raisons de réaliser une rénovation énergétique dans votre logement

    actu1 – Economisez de 10 à 15 % sur votre facture d’énergie
    L’amélioration de l’efficacité énergétique de votre logement, si elle est réalisée avec efficacité et professionnalisme par une entreprise reconnue garante de l’environnement (RGE), vous fera réaliser de très sérieuses économies à moyen et long terme sur votre facture de chauffage. Par ailleurs, plus le nombre de chantiers est important et plus les économies potentielles se cumulent.

    Ainsi, en vous cantonnant à de simples travaux d’isolation, il vous sera possible en moyenne d’économiser 10 à 15 % sur votre facture d’énergie. Mais en complétant cette première phase par l’installation d’une nouvelle chaudière à condensation, à granulés de bois ou d’une source d’énergie renouvelable (pompe à chaleur, panneaux photovoltaïques…), il est possible de diminuer drastiquement la quantité d’énergie consommée chaque année, voire même de viser l’autosuffisance énergétique (bâtiments à énergie positive, ou BEPOS).

    A cet avantage purement financier et pragmatique, vous pourrez cumuler le sentiment de satisfaction lié à votre action en faveur de la préservation de l’environnement.

    2 – Allégez vos travaux avec des aides publiques
    Dans le domaine de l’immobilier ancien, les autorités publiques encouragent fortement les particuliers à améliorer la performance énergétique de leur logement. Cela peut prendre notamment la forme d’un allègement de la feuille d’impôt, avec le nouveau crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) au taux unique de 30 % du montant des travaux engagés. Au-delà, l’éco-prêt à taux zéro (éco-PTZ) ou encore les diverses aides de l’Agence nationale d’aide à l’habitat (ANAH) et des collectivités territoriales peuvent apporter un complément précieux.

    Les aides publiques ne sont donc pas à négliger. En réduisant l’effort initial d’investissement de la part du particulier, elles lui permettent d’amortir plus vite son projet et d’aller toujours plus loin dans l’efficacité énergétique.

    3 – Ne craignez plus les fluctuations des prix des énergies fossiles
    Le prix des énergies classiques (le gaz naturel, le fioul, l’électricité et, dans une moindre mesure, le bois) n’est pas amené à diminuer dans les prochaines années, bien au contraire. En vous appuyant, en tout ou en partie, sur des sources d’énergie renouvelable comme des pompes à chaleur et du solaire thermique ou photovoltaïque, vous rendez votre foyer moins dépendant des évolutions tarifaires à la hausse qui pourraient toucher les différentes énergies fossiles dans un avenir proche.

    4 – Bénéficiez d’un cadre de vie plus sain
    La rénovation énergétique d’un logement permet de faire disparaître un grand nombre de désagréments qui peuvent diminuer la qualité de vie des occupants au quotidien. La nouvelle isolation empêche ainsi des courants d’air froid insidieux, tandis que les normes acoustiques modernes garantissent une bien meilleure protection contre les bruits venus de l’extérieur.

    Des aides publiques incitatives, des économies de chauffage, une plus grande qualité de vie… Les bonnes raisons de se lancer dans la rénovation énergétique de votre logement ne manquent pas. Prenez soin de bien définir votre projet en amont et de choisir des professionnels avec lesquels vous vous sentez en confiance.

    5 – Bonifiez la valeur du logement à la revente
    Un bien immobilier mal isolé et souffrant d’une faible efficacité énergétique est déjà sanctionné, à l’heure actuelle, sur le marché. Le diagnostic de performance énergétique (DPE), lorsqu’il est mauvais, peut en effet constituer un frein à la vente et offre surtout à l’acquéreur potentiel un argument de poids pour négocier le prix à la baisse.

    La valorisation de ces biens devrait d’ailleurs continuer à se dégrader au cours des prochaines années : depuis le 1er janvier 2013, la réglementation thermique 2012 (RT 2012) impose des normes de construction et d’isolation beaucoup plus exigeantes pour tous les logements neufs. A long terme, il deviendra très difficile de vendre une maison ne respectant pas ce nouveau socle réglementaire (sans même parler de la future RT 2020, qui devrait consacrer les bâtiments auto-suffisants).

    Read more

    Transition énergétique : ce que ça change dans notre quotidien

    transition

    L’Assemblée nationale a adopté hier le projet de loi sur la transition énergétique.

    Le projet de loi sur la transition énergétique, porté par la ministre de l’Ecologie Ségolène Royal, a obtenu ce mardi un deuxième feu vert de l’Assemblée nationale (308 voix contre 217), avant de repartir devant les sénateurs puis d’être adopté définitivement par les députés avant la trêve estivale ou la rentrée.

    Ce texte qui doit « faire de laFrance un pays exemplaire », a assuré Ségolène Royal, prévoit une réduction de 75% à 50% de la part de nucléaire dans la production électrique à l’horizon 2025. Il comporte également une centaine de mesures touchant la vie quotidienne des Français. En voici quelques exemples.

    La rénovation obligatoire des logements

    Avant 2025, des travaux de rénovation énergétique seront exigés dans tous les bâtiments privés résidentiels (en propriété ou en location) dont la consommation en énergie primaire excède les 330 kilowattheures d’énergie primaire par mètre carré et par an (étiquette F et G).

    Les coupures d’eau désormais interdites

    En cas d’impayés, les distributeurs d’eau ne pourront plus couper l’eau aux foyers. Ils auront la possibilité de réduire le débit, comme c’est le cas pour l’électricité.

    Réduction d’impôt pour les entreprises qui proposent un vélo à leurs salariés

    Les entreprises soumises à l’impôt sur les sociétés pourront bénéficier d’une réduction d’impôt égale aux frais générés par la mise à disposition gratuite à leurs salariés, pour leurs déplacements entre leur domicile et le lieu de travail, d’une flotte de vélos.

    Emballages plastiques

    D’ici janvier 2016, les sacs plastique à usage unique devraient être interdits. Seront encore autorisés les sacs plastiques épais réutilisables, les sacs jetables mais biosourcés (autrement dit, composés de matière organique) ou compostables en compostage domestique.

    À compter du 1er janvier 2017, l’utilisation des emballages plastiques non biodégradables et non compostables en compostage domestique pour l’envoi de la presse et de la publicité adressée ou non adressée est interdite.

    Un chèque énergie pour les ménages plus modestes

    Jusqu’à présent, seuls les ménages les plus modestes qui se chauffent au gaz ou à l’électricité pouvaient bénéficier de tarifs sociaux. Ceux qui sont équipés de chaudières à fioul ou de cheminées étaient exclus de ce système, une situation « totalement inéquitable », avait dénoncé le président de l’Ademe (Agence de l’environnement et des économies d’énergie).

    Avec le projet de loi sur la transition énergétique, les tarifs sociaux existants vont être remplacés par un chèque énergie. Celui-ci couvrira toutes les sources de chauffage et pourrait ainsi aider la totalité des 4 millions de ménages modestes qui dépensent plus de 10% de leurs revenus pour régler leur facture.

     

    Source : http://www.leparisien.fr/environnement/

    Read more